Agnès Desarthe

agnesdesarthe

Considérant très tôt le français comme une langue étrangère – car chez Agnès Desarthe on parle l’arabe, le russe et le Yiddish -, elle tente de l’apprivoiser en écrivant des poèmes qui font pleurer sa mère, des histoires qui enorgueillissent son père. Malgré une orthographe souvent défaillante, elle parvient à suivre des études de lettres, puis d’anglais.

La traduction est son premier métier. Les livres pour enfants viennent ensuite, les romans, les chansons, les scenarii, les pièces de théâtre. Elle mène diverses activités de front: elle danse et jardine beaucoup.

Jugée tantôt trop douce, tantôt trop cruelle, elle se voit comme une immigrée dans la république des lettres. En écrivant, elle cherche à rendre compte du chaos qui la stupéfie, de la violence qui la cloue et l’empêcherait de se lever si elle ne trouvait pas moyen de l’utiliser, de la mater, de la transmettre.

Issue de la tradition orale, elle a entendu tant d’histoires qu’elle n’a finalement jamais eu d’autre choix que d’en raconter à son tour.

Elle a obtenu le prix du Livre Inter 1996 pour son deuxième roman, Un secret sans importance. Son sixième roman Mangez-moi, est traduit dans plus de 15 pays.

Elle obtient le prix Renaudot des lycéens en 2010 pour son roman Dans la nuit brune. Une partie de chasse obtient en 2012 le Goncourt des animaux, décerné par des membres de l’académie Goncourt.

Le 1er janvier 2015, elle a été élevée au grade de chevalier de la Légion d’honneur.

En 2015, elle publie Ce cœur changeant récompensé par le prix littéraire Le Monde, et en 2016 Le roi René, biographie du pianiste de jazz René Urtreger.

Naissances

Essais

Nativités sans naïveté

Plus d’infos

Tous ses livres

  Inscrivez-vous à la newsletter
INSCRIVEZ-VOUS
À LA NEWSLETTER

Ne manquez aucune de nos nouveautés

J'accepte de recevoir la newsletter.
  Souscrire
* we hate spam and never share your details.
×